26.4.16

Débordement en vue



Débordés, lessivés, brulés, la coupe est pleine

C’est arrivé un matin. Cette petite goutte que l’on retenait afin que tout ne déborde pas. Cette petite goutte perverse qui te met à terre. J’ai regardé mes enfants et j’ai hurlé, pleuré en me demandant ce qui m’étais bien passé par la tête le jour où nous les avions conçus.

Chéri est arrivé à la rescousse, lui-même crevé, mais qui apparemment gère mieux que moi ce trop-plein de sentiment (en fait ce n’est pas vrai mais bizarrement, on explose jamais en même temps, cela nous permet de supporter l’autre au final). Un changement d’horaire accepté par l’employeur, moi un peu hagard, je lui disais encore qu’il ne fallait pas, que je gérais.  Heureusement il est aussi têtu que moi (comme quoi ça a du bon parfois) et n’en a fait qu’à sa tête...

Notre petite organisation familiale est modifiée, mais ce n’est pas encore coulé dans le béton. Il va falloir tester encore des choses, 3 mois après mon retour au travail, je viens d’effectuer mes 100 jours à moi.
Je n’ai plus de recul, plus de lucidité, mais heureusement le soleil revient et cela me permet d’aller un peu mieux. Physiquement, je suis encore en processus de guérison et mentalement je dois encore faire mon tri, arrêté de me prendre la tête sur des détails et savourer les instants présents.

Ulysse déborde : Il parle, dit des mots, s’exprime avec son corps et se fait bien comprendre. Avançant à pas de géants je me rends bien compte qu’à presque 15 mois je n’ai plus un bébé en face de moi mais un petit bout de chou (je n’arrive pas encore à dire petit garçon c’est trop tôt!) qui part à la découverte dès qu’il le peut.  Il veut de moins en  moins la poussette, même si une fois calé dedans on ne l’entends plus. Il découvre les animaux de Montréal, chiens, chats, pigeons, écureuils et mouettes. Ils le fascinent tous! Il imite à la perfection le lion et on peut dire que son idole c’est David Bowie… C’est comme ça, il rentre en transe dès qu’on met la musique et plus particulièrement celle-ci. À la garderie, on me dit qu’il a des attitudes de 2 ans, ce que je remarque lorsque qu’il se frustre, se roule par terre ou qu’il veut tout ce que sa sœur a. Il cherche déjà à rentrer dans sa chambre par tous les moyens possibles.

Océane déborde également dans un sens : Elle grandi, se fâche, puis se calme, puis replonge dans une tempête de sentiments qui me laisse souvent dubitative. Parallèlement, on la sent épanouie dans son milieu scolaire, les progrès arrivent et ça c’est vraiment chouette. Elle chante sous la douche qui dure 20 min, traine pour faire ses devoirs bref une vraie grande fille quoi!
Et puis, il y a cet été, son baptême de l’air seule, comme une grande, pour la première fois chez ses grands-parents…Y’a plus qu’à croiser les doigts!

made in http://drolesdemums.com



2 commentaires:

Emmanuel Souffrin a dit…

adorable... un peu montagne russe cette vie au quotidien; bravo à Oceane qui se plonge dans l'univers de l'école avec plaisir; bravo au petit lion qui découvre le monde;
et bien entendu un petit bravo aux parents (et à la mer qui expose ses émois sur son blog)

donc elle vient jusqu'à mada océane?

bises

M.C.O a dit…

:)