25.4.17

Élections françaises à Montréal



J’avais envie de vous raconter notre samedi d’élection à Montréal.

Pour les québécois qui n’ont pas suivi les actualités, les français étaient appelés aux urnes pour le premier tour, samedi dernier. Le second tour (pour déterminer le gagnant président) aura lieu dans moins de 15 jours.
C’était la première fois que nous votions depuis notre immigration. Il y a 5 ans, j’étais en vacances en France pendant les élections et je ne me sentais franchement pas concernée. Force est de constater que cette année je n’étais pas la seule à ressentir ce besoin, environ 57000 personnes ont voulu voter.

Le samedi, chez nous, c’est ballet pour la miss le matin. Pour ses cours, nous allons dans un centre communautaire proche du lieu du vote (lycée Français Stanislas), c’était parfait pour l’organisation. Deux jours avant, suite à la fusillade des Champs Élysées, on s’est même demandé si c’était une bonne idée de voter avec les enfants et ensemble…mais nous ne nous sommes pas laissés aller et c’est en famille que nous avons pris le bus pour nous rendre à nos rendez-vous. 

Arrivés dans le bus, premier indice : il était plein. Ça n’arrive jamais! Le samedi à 10h ce bus ne compte que 10 personnes endormies maximum (dont nous!). Un peu avant d’arriver aux abords du lieu de vote, j’aperçois une amie française dans la rue. Je lui fais signe et là elle me répond que c’est l’horreur, elle a fait 2 heures de file! Whaaaat??? Je ne m’attendais clairement pas à ça, je pensais même y faire un tour pendant le cours de danse.

On change nos plans, chéri part faire la queue et moi je vais déposer la grande. Une fois sûre qu’elle est bien à son cours, je me dis que je peux quand même tenir compagnie à chéri (sous la pluie!) et voilà que le périple commence. 2 pâtés de maisons, une file dont on n’aperçoit ni la fin, ni le début que j’ai faite entièrement, sans trouver le dit chéri. Durant mon parcours, les gens me hèlent gentiment et en bavardant et en rigolant, je cherche mon mari, je ne suis pas perdue, je comprends qu’il y a une file spéciale poussettes/familles. À ce moment-là, le téléphone sonne et c’est lui qui découragé était revenu au cours de danse pour attendre au chaud. Je lui parle de la file spéciale et on décide que j’irais attendre là-bas en attendant qu’il récupère Océane (¾ d’heures se sont déjà passées, le cours va se finir bientôt). 

Me voilà avec Ulysse et sa précieuse poussette commencer la file. 25 min plus tard, j’avais fait 4 mètres et la famille s’est finalement retrouvée! Et la pluie a décidée de faire une petite pause. Arrivés devant les portes on se rend compte que nous devons emprunter un ascenseur conçu pour 2 poussettes maximum et peut être 4 -5 adultes. Ascenseur qui n’est utilisé que pour la descente. Pour la remontée, on se débrouillera avec les escaliers. La poussette d’Ulysse n’étant pas la plus lourde, je plains les autres!

Arrivés au chaud après 45 min, nous sommes de nouveau séparés par nos noms de famille, on fait apparemment des envieux avec nos poussettes et je propose à certains d’en louer. Bref c’est bon enfant et heureusement. Allez voter en râlant ce n’est pas agréable! 

Océane décide d’aller voir ce qui se passe dans l’isoloir avec son papa et moi je traine la poussette avec un endormi dedans (une chance!). Manque de pot je dois refaire le chemin inverse quand j’ai fini mon devoir, car l’une de nos amies m’avait désigné pour sa procuration. Comme son nom de famille ne contient pas la même lettre que le mien, je me retrouve ailleurs. Là-bas, une femme manque de s’évanouir à cause de l’attente, elle a mal aux genoux, se plaint, etc. Et je commence à me rendre compte de l’enfer que certains ont dû vivre. 

Rien dans l’organisation ne laissez penser qu’une file différente avait été aménagée, aucune ou très peu d’indications de la part des bénévoles présents. Et aucuns panneaux indicateurs de la part du consulat. Bref, je vous laisse lire les différents articles de journaux, mais les français n’ont pas été contents de cette organisation. En espérant que ce soit mieux au deuxième tour.

Nous on s’est consolés le soir même par l’inauguration de la saison des barbecues!

Vous voulez savoir comment on vote en France? Cliquez ici
Pour un comparatif France-Québec c’est .
Pour lire d’autres témoignages c’est ici! Ou Si vous en connaissez d’autres, je suis preneuse!

12.4.17

Confession du soir



Une place pour chaque chose et chaque chose à sa placeSamuel Smiles

Trouver sa place, sortir des schémas qui nous tient depuis l’enfance, se bousculer pour mieux avancer. Ne plus être un tampon, ne plus absorber afin de pouvoir enfin avancer pas à pas. Reprendre confiance en soi, en la vie. 

Arrêter de penser à la place des autres, arrêter d’imaginer ce qui ne s’imagine pas chez les autres. Continuer sa route, son chemin main dans la main. Reconnaître ses défauts, ses qualités et les exploiter au mieux. 

Savoir dire stop avant qu’il soit trop tard. Choisir de reconsidérer ses priorités et se rendre compte que cela profite à ceux qui vous entourent quotidiennement.

Arrêter de fantasmer sur quelque chose qui ne viendra pas. Se protéger sans douleur, et s’écouter encore et encore.

Fermer les yeux au besoin et devenir sourde parfois. Juste pour se protéger car chacun vie différemment et que l’on n’est pas dans la peau de l’autre.

Oubliez les tensions, oubliez les déceptions que l’on pourrait causer ou que certains nous causent. Et avancer encore, en se cherchant une petite place qui pourrait faire une vraie différence avec ce qui a déjà été vécu.

Arrêter de se comparer. Arrêter d’espérer et avancer tout simplement en profitant des expériences positives et négatives. Se dire que rien n’arrive par hasard et se faire confiance. Devenir par moment égoïste après avoir beaucoup donné, se prendre de vraies pauses pour pouvoir repartir de plus belle et offrir à nouveau.

Offrir ce que l’on peut et quand on peut. Et prendre ces petits moments qui vous ont montrés votre place.

Ma place est multiple, est changeante, parfois forte et d’autre fois discrète. Patiente ou impatiente, ma place se construit petit à petit loin de ce que j’ai pu être.


9.4.17

25 ans de Salon Maternité Paternité Enfants à Montréal



Le salon Maternité Paternité Enfants de Montréal, qui fête ses 25 ans cette année, m’a de nouveau offert de venir prendre un bain de foule cette fin de semaine. Pour lire mes expériences de l'année dernière il faut aller ici.

Lorsque vous lirez cet article, il ne vous restera plus qu’une journée pour en profitez. Mais les commerçants et artisans que j’ai rencontrés, sont eux, disponibles toute l’année. J’ai encore une fois voulu privilégier ceux qui viennent d’ici, ceux qui démarrent et qui proposent des choses intelligentes ou tout simplement craquantes. Cette année, j’ai cependant manqué de temps (finalement comme l’année dernière 3 petites heures…). De plus, j'ai recherché désespérément un porte bébé tolder pour mon grand de 2 ans, et j’ai été un peu déçu car en 3 ou 4 stands spécialisé là-dedans, personne n’avait pensé à en prendre (ou à en vendre…). Sait-on jamais, si quelqu’un me lit et connaît une bonne marque, ou si vous êtes une compagnie qui propose un chouette produit, je suis preneuse!

Dans la catégorie vêtements enfants :

Mon premier arrêt était pour la marque Headster Kids. Des casquettes clairement dans le style de la miss et qui m’ont bien tapé dans l’œil. Ils ne proposent pas que cela, mais c’est ce qui m’a le plus intéressé.


Après je suis tombé sur Prince et Tutus que j’ai connu par Facebook il y a quelques mois à peine (ils viennent de commencer en même temps!). Le principe de cette boutique en ligne est simple. Proposer des échantillons de grandes marques pour enfants à prix réduits. En gros comment se payer des marques moins chères, sans devoir faire 10 boutiques pendant les périodes soldées, moi je dis banco!

Cette année j’ai encore craqué chez Coton et Vanille pour Ulysse. J’ai choisi cette année un pantalon dans le style cabane à sucre et un short (nouvelle collection) ananas. Ce qui m’a permis d’avoir un accessoire offert et cette année j’ai choisi un bonnet.
Le stand est très grand cette année

Je suis tombée sur de beaux stands de création :

Une amie de la Réunion a fait faire par son papa un super lit-cabane. Depuis j’en rêve… Maintenant, j’ai trouvé le monde de Jérémie! Ses lits-cabanes sont superbes, qui ont un coût certes, mais quand on voit le travail c’est bluffant! On parle ici de lits qui sont faits pour durer longtemps!
On ne s'en rend pas bien compte mais ce lit est tout simplement génial!

Cyan et Abricotine partage un stand. Deux jeunes femmes qui créent et réinventent les chambres et les salles de jeux de nos petits monstres. En fait, c’est tellement chouette que je me demande si les miens mériteraient ce genre de déco… (#joke) J’ai aimé chez Abricotine les objets en bois très épurés et simples. Quand à Cyan, j’ai apprécié ses tissus et ses gros poufs.

Le noir et blanc est définitivement à la mode depuis quelques temps!

L’année dernière, j’avais longuement hésité pour des coussins. Cette année j’ai franchi le pas et c’est chez Créations Petitstrésors que j’ai trouvé le bonheur de mes enfants. Un coussin chacun et tout le monde semblait satisfait!
Ulysse fait comme chez lui et teste la marchandise (finalement il préfère les bateaux...)
Attitude positive, renforcement, éducation… Que cela vous interpelle ou vous intrigue, j’ai trouvé 2 compagnies qui créent des outils de communication avec nos enfants. La première, Castor et compagnie, s’adresse aux petits de 3 à 5 ans et leur propose une façon d’organiser les routines de la journée. Tout est créer au Québec.


La seconde, les belles combines, m’a tapé dans l’œil car derrière des moyens très simples, se cachent des outils pratiques pour la gestion de la communication entre parents et enfants. Je pense d'ailleurs passer commande, car même avec Océane ça pourrait encore être utile. Et puis franchement, être une maman de 4 enfant de 1 à 5 ans, et réussir à monter sa petite entreprise, est un vrai exploit qui mérite des encouragements!

Je finirais avec un gros coup de cœur. J’ai beaucoup apprécié mon échange avec Claudia Chassé qui lance sa marque de vêtement d’allaitement. Je suis toujours un peu jalouse de voir les évolutions dans ce domaine au fil des ans. Évolutions dont je n’ai pas pu profiter! 
Cette partie de ma vie est maintenant finie, mais elle m’a quand même tenue en haleine 32 mois avec mes deux enfants.
 Lait de poule propose des vêtements de belle qualité, qui vont jusqu’au XL (ce qui est déjà bien pour un lancement) et qui nous permet de reprendre le travail sans trop s’en faire. En effet, la créatrice a pensé à notre corps post partum, changeant et qui souvent nous met dans tous nos états négatifs…Les tissus utilisés ont été pensés pour mieux souligner cette nouvelle silhouette. 
Les vêtements s’adaptent à l’allaitement ou aux tire-laits ce qui est parfait!

La photo est moche, mais pas ce qu'elle représente!